Selon les dernières prévisions de la Banque africaine de développement, tant que les gouvernements géreront les taux d’infection au COVID-19, la croissance économique de l’Afrique pourrait rebondir en 2021.

La Banque a déclaré dans une évaluation socio-économique complète de l’impact de la pandémie que la croissance actuelle devrait maintenant rebondir de -3,4% dans le pire des cas en 2020 à 3% en 2021.

Les prévisions sont contenues dans un rapport des Perspectives économiques en Afrique de la Banque, publié le 30 janvier. À l’époque, la croissance de l’Afrique était estimée à 3,9% en 2020 et à 4,1% en 2021.

Le rapport prévient que les perspectives de croissance en 2021 et au-delà dépendront en grande partie de l’efficacité des politiques des gouvernements africains pour éliminer la courbe épidémique et rouvrir l’économie.

Charles Leyeka Lufumpa, économiste en chef par intérim et vice-président de la gouvernance économique et de la gestion des connaissances, à la Banque africaine de développement, a déclaré: “Pour rouvrir les économies, les décideurs politiques devaient suivre une approche progressive qui évalue soigneusement les compromis entre le redémarrage de l’activité économique trop rapidement et en préservant la santé de la population.”

“Les activités économiques peuvent être relancées progressivement sur la base des risques de transmission de différents secteurs”, a déclaré Lufumpa.

Ajoutant que la propagation de ce virus en Afrique dépend en grande partie de la capacité des pays à isoler et à traiter les patients infectés, notant que sur les 54 pays africains, seuls 21 sont cliniquement prêts à répondre à cette situation.

Le rapport a noté que la courbe de la pandémie en Afrique s’aplatissait progressivement. Cependant, COVID-19 demeure une grave menace pour la vie et les moyens de subsistance, compte tenu de la faiblesse des systèmes de santé et de la protection sociale limitée. Le continent reste également vulnérable à d’autres menaces régionales telles que les essaims acridiens qui ont frappé l’Afrique de l’Est, ainsi qu’aux événements climatiques extrêmes.

Selon les scénarios projetés de contraction de la croissance, l’Afrique pourrait perdre entre 145,5 milliards de dollars et 189,7 milliards de dollars de PIB en 2020, selon la publication.

Hanan Morsy, directeur du Département des politiques macroéconomiques, des prévisions et de la recherche à la Banque africaine de développement, a déclaré: «Le rapport des Perspectives économiques en Afrique 2020 montre que pour la première fois au cours du dernier demi-siècle, l’Afrique serait confrontée à une récession économique comme retombées de la pandémie de COVID-19. Cela affecterait les gains réalisés dans la réduction de la pauvreté car environ 49 millions d’Africains pourraient être poussés dans la pauvreté, avec environ 30 millions d’emplois sur le point de disparaître. Les décideurs politiques doivent agir rapidement pour atténuer l’impact de la crise sur les groupes vulnérables grâce à des mesures de protection sociale bien ciblées. »

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Covid-19, Banque africaine de développement, Croissance

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News