La forte croissance économique de ces dernières années a stimulé la demande d’énergie des entreprises et des résidents de la Côte d’Ivoire, ce qui a conduit le pays à déployer des efforts substantiels pour augmenter sa capacité de production, moderniser les infrastructures vieillissantes et étendre le réseau électrique.

Taille et performances

La Côte d’Ivoire bénéficie d’un approvisionnement en électricité relativement efficace. La demande d’électricité en Côte d’Ivoire augmente d’environ 6% par an, et à ce titre, le gouvernement met en œuvre un ambitieux programme de 20 milliards de dollars entre 2016 et 2030 pour tripler la capacité de production à 10 613 GWH en 2019 à partir de centrales thermiques principalement (67,2 %) et de centrales hydroélectriques (32,8 %). En 2018, la Côte d’Ivoire comptait quatre centrales thermiques produisant 1300 MW d’électricité, soit 60% de la puissance installée, et sept barrages hydroélectriques d’une capacité combinée de 880 MW, soit 40% du mix.

Les extensions des centrales thermiques existantes ont représenté la majeure partie de la capacité ajoutée au cours des dernières années. Afin de compenser l’insuffisance de l’approvisionnement en gaz, les PPI sont passés à des opérations à cycle combiné ces dernières années, tout en entreprenant simultanément des projets d’extension.

L’installation de 300 milliards de francs CFA serait située à Jacqueville et augmenterait la capacité de production du pays de près d’1/5. En 2015, l’installation a été convertie en centrale à cycle combiné, portant sa capacité à 440 MW. Une extension de 250 à 300 MW est en cours pour porter la capacité à environ 700 MW et prévu être achevée en 2019. Le troisième IPP, Aggreko, a commencé ses opérations en 2010 et a agrandi son usine à deux reprises – en 2012 et 2013 – ce qui porte sa capacité à 210 MW.

Afin d’exploiter sa centrale thermique, le pays a acheté 199 milliards de francs CFA (318 millions $ US) en combustible, dont 196 milliards de francs CFA (313 millions $ US) en gaz naturel. L’ensemble de l’industrie a réalisé un bénéfice de 9,2 milliards de francs CFA (14,7 millions de dollars américains) et un chiffre d’affaires de 643,9 milliards de francs CFA (1 milliard de dollars américains).

Pour combler les lacunes d’approvisionnement, le pays intensifie ses efforts d’exploration pétrolière et gazière. Les productions de pétrole brut et de gaz ont connu des croissances respectives de 12 % et 6,8 %. Le pays a produit respectivement 13 194 133 barils et 73 790 603 MMBTU correspondant à un débit journalier de 36 148 barils de pétrole brut et de 202 166 MMBTU de gaz naturel.

Hydroélectricité

L’hydroélectricité est la deuxième source d’électricité de la Côte d’Ivoire et le gouvernement prévoit de doubler la capacité de ce segment d’ici 2030. Outre le barrage de Soubré, le plus grand du pays, les autres installations hydroélectriques comprennent la centrale hydroélectrique de Taabo dans le centre de la Côte d’Ivoire, d’une capacité de 210 MW, et le plus petit barrage de 174 MW de Kossou, à 30 km au nord de la capitale Yamoussoukro. Dans l’ouest du pays, le barrage Buyo de 165 MW a été construit en 1980, tandis que des barrages plus petits sont opérationnels à Ayamé 1 , Ayamé 2 et Fayé . La Côte d’Ivoire prévoit de construire d’autres centrales hydroélectriques sur la rivière Sassandra.

Solaire et biomasse

Le potentiel solaire du pays est de 2 à 6 KWh par mètre carré par jour, et le potentiel annuel pour les installations photovoltaïques est de 10 300 TWh, selon le programme de coopération Afrique-UE pour les énergies renouvelables. Les régions du nord du pays ont le potentiel le plus élevé pour l’énergie solaire. Cette dernière usine dans le nord – le premier grand parc solaire à obtenir un financement dans le pays – sera financée par la banque de développement allemande, KfW Entwicklungsbank, qui fournira 36,7 millions d’euros, dont 27 millions proviendront du ministère allemand de la Coopération économique et Développement et 9,7 € de l’UE. Les abondantes plantations de cacao, d’huile de palme, de coton, de café et de sucre de la Côte d’Ivoire mettent en évidence le potentiel de production d’énergie à partir de la biomasse.

«Les centrales à biomasse contribuent au développement économique inclusif et décentralisé de la Côte d’Ivoire, stimulant la valeur ajoutée, créant des emplois et apportant de l’électricité dans les villes en dehors d’Abidjan», a déclaré à OBG Mahamane Sow, directrice générale d’EDF Côte d’Ivoire.

Distribution

Il vise à améliorer les infrastructures, l’accès à l’électricité et l’approvisionnement transfrontalier. ” «L’électrification est un catalyseur important du développement socio-économique des zones rurales et de leur populations “, a déclaré à OBG Hassan Ghandour, directeur général de la Société générale d’électricité de luxe. » « Le gouvernement a fait un effort pour étendre le réseau et fournir de l’électricité aux villages qui étaient auparavant dans le noir», Stéphane Dadie, responsable du compte Afrique de l’Ouest et du segment des services publics chez Schneider Electric, dont le siège social est en France.
Tarifs

Une loi a été adoptée en 1985 pour ouvrir le secteur de l’électricité et permettre aux entreprises privées de fonctionner dans la production d’électricité. “Le prix de l’électricité en Côte d’Ivoire est l’un des plus élevés d’Afrique de l’Ouest”, Bekou Gontran, directeur général de la société locale d’installation électrique InstAfric-Elec.

Importations et exportations

En 2017, les exportations d’électricité de la Côte d’Ivoire ont chuté de 25%, passant de 1636 GWh à 1247 GWh, après que plusieurs pays se soient mobilisés pour réduire leurs achats. En tant que participant au West African Power Pool, un organisme de la CEDEAO créé pour promouvoir l’intégration des systèmes électriques de la région et développer un marché régional de l’électricité à part entière, la Côte d’Ivoire a fourni de l’électricité au Ghana, au Mali, au Burkina Faso, au Togo et au Bénin. «L’une de nos priorités est d’être une plaque tournante électrique en Afrique de l’Ouest, et ainsi de fournir de l’électricité à tous nos voisins. «Un marché régional de l’électricité est en train de se créer, ce qui signifie que nous pourrons également augmenter nos importations.

Exploration

La Côte d’Ivoire augmenterait sa production de pétrole et de gaz pour diversifier l’économie, largement dominée par l’agriculture. Plus récemment, la Côte d’Ivoire a révisé sa carte des blocs, en redessinant certains blocs pour les rendre plus grands et plus attractifs pour les investisseurs. La Côte d’Ivoire a également réalisé un roadshow approfondi de Paris au Cap en 2017 et, par conséquent, a signé 13 contrats de partage de production cette année, contre deux en 2016.

Raffinage

Tirées par la demande croissante, les importations de gaz de pétrole liquéfié sont passées de 247 700 tonnes en 2016 à 297 500 tonnes en 2017. Depuis plusieurs années, SIR fait face à des vents contraires dus à la baisse des prix du pétrole, aux coûts opérationnels élevés et à la concurrence accrue des raffineries en Asie, entraînant une augmentation de la dette. En 2018, le gouvernement a annoncé qu’il chercherait des fonds auprès de prêts syndiqués auprès de banques commerciales et de développement pour restructurer une partie de la dette de la raffinerie de 388 milliards de francs CFA.

Consommation

Le nombre de stations de services a augmenté dans tout le pays ces dernières années. Abidjan représente 35% du nombre total de stations, mais le réseau se développe à l’intérieur du pays. “La classe moyenne se développe à Abidjan et les transports publics ne sont pas complètement efficaces, donc de plus en plus de gens achètent des voitures”, a déclaré à OBG Hilaire Sié, secrétaire général de l’Association des pétroliers de Côte d’Ivoire. La consommation de produits pétroliers liquides a augmenté de 24% entre 2015 et 2017, passant de 1,6 million de tonnes à 2 millions de tonnes.

Pour le gaz, le gouvernement subventionne les petites bouteilles pour inciter les résidents à cuisiner au gaz plutôt qu’au charbon.

Perspective

Le FMI prévoyant une croissance économique annuelle de 7% dans les années allant jusqu’en 2024, la demande d’électricité continuera d’augmenter, ce qui présente d’importantes opportunités d’investissement dans la production d’électricité et la modernisation des infrastructures.

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Côte d’Ivoire, Production d’électricité, Energie

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News