L'actualité économique en afrique

Les progrès de l’Afrique vers un avenir d’agriculture numérique

 

Au cours des deux dernières décennies, l’Afrique a surmonté de multiples obstacles à la croissance économique et à l’éradication de la pauvreté, enregistrant un progrès généralisé. La transformation progressive des systèmes alimentaires africains a été la clé de ce processus, mais pour soutenir et accélérer la croissance – en particulier face aux changements démographiques, à l’urbanisation, aux régimes alimentaires changeants, au changement climatique et aux crises humanitaires prolongées – un nouvel ensemble de solutions innovantes est nécessaire de toute urgence .

L’agriculture, frontière mondiale de la modernisation et de l’innovation, a connu plusieurs étapes de réformes: la révolution verte, la mécanisation agricole et, plus récemment, la numérisation. Chacun a transformé la façon dont nos aliments sont produits et consommés, remodelant les moyens de subsistance de millions d’agriculteurs dans le monde.

Les technologies et services numériques devraient jouer un rôle central pour les pays africains dans la réalisation de leurs objectifs de réduction de la pauvreté, de sécurité alimentaire et de nutrition. Les jeunes entrepreneurs des villes africaines ont afflué vers les zones rurales, développant souvent des solutions ingénieuses à certains des défis les plus urgents.

  • Des études suggèrent que dans les pays en développement, chaque 10% supplémentaire de pénétration d’Internet peut entraîner une augmentation de 1,35% de la croissance du PIB par habitant.

La numérisation du système alimentaire africain présente de nouvelles opportunités pour appliquer des technologies numériques et basées sur les données à la chaîne de valeur agricole.

Ceux-ci peuvent éclairer les décisions au niveau de la production; sur l’optimisation de la chaîne de valeur et sur les méthodes de stockage; et aider les agriculteurs à prévenir le gaspillage et la perte de nourriture aux niveaux de la récolte et de l’après-récolte. Les données, obtenues grâce aux efforts de numérisation, peuvent également éclairer les politiques de transformation agricole.

Les technologies numériques peuvent aider à réduire la malnutrition – sous-alimentation, carences en micronutriments, surpoids et obésité – qui reste un énorme défi mondial pour les personnes de tous âges. L’accès limité à l’information, en particulier parmi les femmes et les groupes vulnérables dans les zones reculées, est un obstacle majeur à l’adoption des meilleures pratiques nutritionnelles.

  • Un exemple efficace d’une intervention numérique est mNutrition, qui vise les femmes et les jeunes enfants à changer l’alimentation des enfants et les pratiques alimentaires.

L’initiative vise à créer une demande de services de nutrition et de santé, à mettre en place des outils de surveillance des données rapides et efficaces pour les principaux indicateurs nutritionnels et à promouvoir des pratiques agricoles sensibles à la nutrition chez 3 millions de personnes dans 12 pays d’Afrique et d’Asie.

Des exemples d’interventions sensibles à la nutrition comprennent la culture et la consommation de cultures nutritives, ainsi qu’une meilleure gestion du bétail et la consommation de produits d’origine animale. Près de 81% et 69% des utilisateurs à long terme et des nouveaux utilisateurs, respectivement, de mHealth, une autre initiative de mNutrition qui se concentre sur la livraison de messages pertinents et exploitables par SMS, a allaité exclusivement leurs bébés pendant les six premiers mois.

Grâce à sa plate-forme mobile sans numéraire, Twiga Foods (une autre start-up kenyane) a connecté de petits producteurs de fruits et légumes ruraux à des petits et moyens vendeurs urbains.

Twiga offre des prix plus élevés et un marché garanti aux agriculteurs ruraux, réduisant ainsi les pertes après récolte et garantissant un approvisionnement fiable aux vendeurs de la ville.

  • Les consommateurs urbains paient 10 à 15% de moins pour les produits Twiga par rapport aux marchés de gros traditionnels, ce qui leur permet de consommer des aliments plus diversifiés, frais et nutritifs. De plus, la plateforme numérique offre un accès à des produits financiers tels que les prêts.

Les gouvernements à travers le continent adoptent également la numérisation: le gouvernement nigérian a introduit le programme eWallet pour réformer son programme de subvention des intrants. Le programme eWallet gère la livraison d’engrais et de semences auxquelles les agriculteurs ont droit; l’emplacement des agro-commerçants fournissant les intrants; et le montant de la contribution directe.

  • Le programme a introduit la transparence et la traçabilité des transactions, en plus d’offrir un moyen d’offrir des avantages supplémentaires aux agriculteurs, tels que des bons pour des compléments nutritionnels.
  • En 2017, le système eWallet bénéficiait à 17 millions d’agriculteurs (dont beaucoup de femmes), 2500 entreprises agroalimentaires, 800 agents de vulgarisation électronique et plus de 2500 points de service au Nigéria.

Pour combler le fossé numérique et permettre aux acteurs du système alimentaire de bénéficier de ces innovations, la  recherche montre que les communautés doivent être mieux connectées à l’électricité (y compris renouvelable et hors réseau); et les ménages, les écoles et les lieux de travail devraient disposer de télécommunications et de connexions Internet plus fiables, y compris la fibre optique.

Les services et combinés Internet mobile devraient être rendus abordables et accessibles.

Les technologies et services numériques sont des outils puissants qui, s’ils sont mis à l’échelle ou reproduits au-delà des frontières, peuvent contribuer à transformer les systèmes alimentaires africains, garantissant que les progrès observés dans la lutte contre la faim et la malnutrition sont soutenus et accélérés.

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Agriculture, Technologie, Numérique, Innovation

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News

Exit mobile version