La population de l’Afrique devrait monter en flèche, selon une étude publiée par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). Selon le rapport «Génération 2030 / Afrique», quatre personnes sur 10 sur terre seront africaines d’ici 2100, avec plus d’un milliard d’enfants vivant sur le continent d’ici le milieu du siècle. 

“Plus de la moitié de l’augmentation prévue de 2,2 milliards de la population mondiale en 2015-2050 devrait avoir lieu en Afrique”, indique le rapport, bien que la croissance démographique du continent se stabilisera finalement. 

L’une des causes est l’augmentation du nombre de femmes en âge de procréer, qui ont en moyenne 4,7 enfants – bien au-dessus de la moyenne mondiale de 2,5. Les mariages d’enfants contribuent également à ce que les filles aient des enfants très jeunes, plutôt que de recevoir une éducation.

Au Niger, le nombre d’enfants par femme est stupéfiant de 7,5.

Le rapport exhorte les nations africaines à améliorer ou à fournir les équipements les plus rudimentaires car six Africains sur 10 n’ont pas accès à des installations sanitaires de base. En moyenne, il n’y a également que 1,7 professionnel de la santé pour 1 000 habitants – bien en deçà de la norme internationale minimale de 4,45 établie par l’Organisation mondiale de la santé.

Le rapport avertit que le changement démographique en Afrique nécessite des investissements et une attention importants afin que «les enfants d’aujourd’hui et de demain aient le potentiel de transformer le continent, brisant les cycles séculaires de pauvreté et d’inégalité », sinon le monde risque de créer une instabilité politique dangereuse et une multitude de catastrophes liées aux droits de l’homme.

Regards sur le Nigeria

“Generation 2030: Africa”, a noté que le monde devrait accorder une attention particulière au Nigéria , “le pays qui connaît la plus forte augmentation du nombre absolu de naissances et d’enfants”.

En effet, en 2015, un cinquième des naissances en Afrique étaient survenues au seul Nigéria, “représentant 5% de toutes les naissances dans le monde”. Le rapport souligne l’importance d’un “accès élargi aux services de santé génésique, à l’éducation et à l’autonomisation des filles” afin de sortir ces enfants de leur situation précaire.

 

“En termes absolus, le Nigéria devrait ajouter de 2031 à 2050 224 millions de bébés supplémentaires (21% des naissances en Afrique et 8% de toutes les naissances dans le monde).”

Le principal résultat positif de l’étude, selon le rapport, est que si de nombreux enfants africains continuent de vivre dans la pauvreté et les conflits, la mortalité infantile est en baisse et l’espérance de vie a quelque peu augmenté. Cependant, il y avait encore place à amélioration, a noté l’UNICEF, car l’Afrique représente toujours la moitié des décès d’enfants dans le monde.

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Population infantile, UNICEF

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News