L'actualité économique en afrique

Un projet de résilience climatique aide les agriculteurs à prospérer au Mozambique

 

Une famille de six personnes de la fermière mozambicaine Alima Matusse craigne que ses enfants ne manquent de nourriture nutritive parce que sa petite terre était inondée lorsqu’il faisait très sec et qu’il pleuvait pendant la saison chaude.

Grâce à un projet de résilience climatique qui assure l’irrigation et le drainage dans sa province natale de Gaza, Matusse a pu augmenter la superficie qu’elle cultive d’un quart à trois quarts d’hectare et a ajouté du chou frisé, des carottes à sa culture de base, et du maïs.

En 2013, la province de Gaza a été dévastée par de fortes inondations, avec près de 200 000 personnes déracinées de leurs maisons. À peine trois ans plus tard, le Mozambique a été frappé par une grave sécheresse, qui a touché près d’un demi-million de personnes et laissé 400 000 personnes dans le besoin d’une aide alimentaire.

Dans le but de renforcer la résilience des communautés agricoles à ces chocs climatiques récurrents, la Banque africaine de développement a soutenu le projet d’irrigation et de résilience climatique du Baixo Limpopo (BLICRP) mis en œuvre dans le district de Xai-Xai dans la province de Gaza.

Le revenu supplémentaire que Matusse a généré grâce au projet lui a permis d’économiser de l’argent grâce à une association d’épargne et de crédit, de construire sa maison, de payer les frais de scolarité et d’acheter deux chèvres dans le but de passer à l’élevage à l’avenir.

Depuis le lancement de BLICRP en 2013, elle a remarqué que beaucoup de ses voisins sont rentrés chez eux après avoir migré vers la capitale Maputo ou même en Afrique du Sud à la recherche d’un emploi. Cette migration inverse s’est accélérée au cours de la saison de plantation 2017/18, lorsque plus de 400 agriculteurs ont reçu une formation intensive aux nouvelles technologies pour la production de riz.

L’ambition de Matusse est maintenant que ses enfants aillent à l’université et construisent une maison en briques pour ne pas avoir à réparer sa maison en roseau chaque année.

«Le projet donne l’opportunité aux jeunes chômeurs de vivre de l’agriculture. Ce projet est notre véritable rêve », a-t-elle déclaré.

Le projet BLICRP, d’une durée de sept ans, a fourni à environ 9000 petits agriculteurs de Xai-Xai une infrastructure résiliente au climat, dont deux stations de pompage pour améliorer le drainage et l’irrigation, et un réseau de drainage de 52 kilomètres desservant une superficie totale de 2000 hectares. Près de 48 km de routes rurales ont été réhabilitées selon une conception résiliente au climat.

Le projet a également ajouté de la valeur à la production agricole, principalement dans le riz et l’horticulture, avec la construction d’un centre d’agro-transformation, CEPHOL dans la ville de Xai-Xai, qui a ouvert ses portes en juin 2019 pour acheter les produits des agriculteurs et assurer la transformation primaire – lavage, dimensionnement et l’emballage – ainsi que le stockage et la conservation au froid pour réduire les pertes après récolte.

Avec des accords pour approvisionner les marchés de gros et de détail de Maputo et de patates douces sur le marché sud-africain, CEPHOL a permis aux agriculteurs locaux d’atteindre des acheteurs bien au-delà de leurs marchés habituels.

Dans la zone du projet, Agro Sumbunuca, une entreprise familiale, a ouvert ses portes pour fournir à environ 1000 agriculteurs des semences, des herbicides, du matériel, des aliments pour animaux et des poussins de volaille – la première opération du secteur privé dans le cadre du programme BLIRCP.

Le défi majeur consiste désormais à attirer davantage d’entreprises du secteur privé pour qu’elles s’engagent auprès des agriculteurs et à cimenter cette réussite de la chaîne de valeur «de la ferme à la fourchette».

Le financement total du BLIRCP était estimé à 44,08 millions de dollars; 25,79 millions de dollars ont été fournis par un prêt du Fonds africain de développement du Groupe de la Banque. Le Fonds stratégique pour le climat a accordé 15,98 millions de dollars de financement et le gouvernement du Mozambique 2,31 millions de dollars.

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Mozambique, Agriculture, Résilience climatique

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News

Exit mobile version