Afrique de l’Est : les économies de cette région représentent les taux de croissance les plus forts de la période de prévision. L’accélération de la fabrication est la raison principale de cette impulsion. Cela ne fait pas de mal non plus que la région ait fait récemment des découvertes de pétrole et de gaz – l’augmentation conséquente de l’IED, axée spécifiquement sur les infrastructures, soutient la trajectoire de croissance prévue de la région. La production devrait être mise en ligne au début de l’année 2020 dans toute la région.

Afrique du Nord : le taux de croissance de cette région est soutenu par son plus grand marché, l’Égypte, mais la tendance reste erratique en raison de la situation économique changeante de la Libye. Il est à craindre que les tensions sociales dans la région ne montent à nouveau contre la baisse de la croissance et la fatigue des réformes.

Afrique Centrale : Le taux de croissance de cette région s’est progressivement redressé depuis la hausse des prix des produits de base en 2016, et une production agricole plus forte a soutenu ces gains, mais elle reste inférieure à la moyenne de l’Afrique dans son ensemble. La région est l’une des moins intégrées et diversifiées du continent, mais elle a le potentiel de se réformer et d’établir des liens plus étroits avec le reste de l’Afrique grâce à des investissements dans les infrastructures.

Afrique de l’Ouest : bien que sa croissance soit plus rapide que celle de l’Afrique australe, la croissance de l’Afrique de l’Ouest est inférieure à la moyenne de l’Afrique dans son ensemble. Sa plus grande économie, le Nigéria, est le principal coupable de la baisse des perspectives des régions, principalement en raison de la baisse des prix du pétrole et du manque d’industrialisation. Les pays qui contrecarrent la tendance à la baisse, comme la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Sénégal, continuent d’offrir des exemples positifs de reprise économique en améliorant leur environnement commercial et en mettant l’accent sur la diversification de leurs économies.

Afrique Australe : la croissance économique devrait rester relativement modérée au cours des prochaines années, principalement en raison du ralentissement économique en Afrique du Sud, la plus grande économie régionale, qui a un effet d’entraînement sur les pays voisins.

Performances individuelles

Les perspectives de croissance économique varient considérablement à travers le continent, mettant en évidence les différences marquées dans la composition économique des 54 pays africains. On s’attend à ce que treize pays dépassent 6% au cours des six prochaines années, les trois pays les plus performants étant le Sénégal, le Rwanda et l’Éthiopie. Plus d’un tiers des économies du continent devraient croître au-dessus de 4%. Quinze pays passeront en dessous de 3%, où seulement deux de ces économies, la Guinée équatoriale et le Soudan, devraient se contracter au cours de cette période.

 

Source : RMB Global Markets, IMF

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Taux de croissance régionale

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News