Dans toute l’Afrique, une révolution silencieuse est en marche. Cette révolution sort les gens de la pauvreté, favorise la croissance du secteur privé et fait émerger une classe moyenne en plein essor.

Cette révolution numérique permet de modifier fondamentalement le tissu socio-économique du continent africain.

Elle ouvre la voie à l’économie africaine pour les décennies à venir et a le potentiel de transformer de grandes parties du continent en la puissance économique .

Cette révolution technologique est toujours présente dans plus de six cents incubateurs opérant à travers l’Afrique.

De nombreuses entreprises et gouvernements se sont redressés et ont pris note de la révolution de l’économie numérique en Afrique, devenant des acteurs clés de son évolution. Intel, par exemple, a lancé le programme “She Will Connect” visant à faire progresser les compétences numériques des femmes, dans le but de renforcer leur employabilité et de devenir des participantes actives de l’économie numérique. Ailleurs, le projet 4Afrika de Microsoft investit dans des start-ups technologiques et des entrepreneurs à travers le continent.

Nous nous souviendrons de Mark Zuckerburg et de son investissement sur Facebook dans la communauté technologique nigériane après avoir visité la principale entreprise de technologie Andela et arrêté au Co-Creation Hub (CcHUB) à Lagos, suivi d’une visite à la journée de démonstration Aso Villa à Abuja. 

Les gouvernements étrangers forment également de plus en plus leurs sites sur le potentiel technologique de l’Afrique. Au Royaume-Uni, la Go Global Africa Initiative vise à connecter les entreprises technologiques africaines et britanniques. Ailleurs, les Émirats arabes unis ont récemment lancé un programme de 500 millions de dollars de “Consortium pour l’Afrique ” conçu pour combler le fossé des compétences numériques qui empêche encore le continent de libérer son plein potentiel.

Ce que reflètent ces programmes, c’est là que les principaux acteurs des secteurs public et privé voient l’avenir de l’économie africaine. Ces programmes ne sont pas déployés simplement comme des projets de développement caritatifs. Le Royaume-Uni et les Émirats arabes unis, par exemple, se positionnent intelligemment comme le premier port d’escale des entreprises technologiques africaines en croissance en devenant des partenaires clés de leur développement. Ils sont symptomatiques non seulement du potentiel de l’Afrique, mais aussi des progrès massifs que le continent a réalisés dans le développement de son économie numérique.

Cet intérêt international pour l’Afrique ne devrait pas surprendre. Le nombre de pôles technologiques en Afrique a augmenté de près de 50% au cours de la dernière année. Il y a un an, il y avait environ 442 hubs actifs en Afrique, maintenant il y a environ 618 hubs offrant tous un soutien et des installations pour les entrepreneurs technologiques.

Les gens nous disent toujours que la technologie est le monde des jeunes. Avec sa population de jeunes en croissance rapide – l’âge moyen d’un Africain serait aujourd’hui de 19 ans – le continent est bien placé pour devenir le prochain leader mondial de l’innovation technologique.

Le potentiel de la technologie pour révolutionner l’économie et la société africaine est presque illimité. Le continent a d’énormes défis à relever en termes d’infrastructures, de pauvreté, d’urbanisation, de changement climatique et de toutes les autres privations des soins de santé à l’éducation où environ 50% des écoles ne fournissent pas de compétences informatiques dans le cadre du programme de base.

C’est pourquoi l’Union africaine a lancé sa stratégie pour la science, la technologie et l’innovation en Afrique. La stratégie place la technologie au cœur du chemin de croissance du continent et met l’accent sur l’impact que les sciences STEM peuvent avoir dans tous les domaines de besoin. L’UA envisage une Afrique dont l’avenir sera dirigé par l’innovation pour se transformer en une économie fondée sur la connaissance.

Selon un rapport de la SFI, la réduction de ce déficit de compétences pourrait ajouter 130 milliards de dollars à l’économie subsaharienne. En outre, la Banque africaine de développement estime que les nouvelles opportunités des start-ups technologiques et du commerce électronique pourraient ajouter 600 milliards de dollars au PIB du continent dans les années à venir.

Ces chiffres montrent l’énorme opportunité que présente le développement technologique et comment les compétences numériques de l’Afrique sont au cœur d’une révolution économique qui transformera fondamentalement l’apparence, le ressenti et la prospérité du continent africain.

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Technologie, Numérique, Révolution

Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques :   Baobab News