Le groupe Vodacom prévoit d’offrir des services mobiles 5G à ses clients sud-africains en cette année 2020.Cette réalisation sera possible grâce à l’accord d’itinérance avec Liquid Telecom un autre opérateur africain.Ce réseau va  servir à avoir une communication ultra-rapide et ultra-sécurisée entre les objets connectés et permettra au pays de doper sa compétitivité.

L’opérateur sud-africain de télécommunications Vodacom a publié le 29 février 2020 un chiffre d’affaires de 19,99 milliards de rands (1,76 milliard de dollars), en baisse de 1,1% par rapport à l’année précédente, en partie en raison d’une baisse des frais que les clients paient pour appeler d’autres réseaux. L’unité de la société britannique Vodafone Plc a toutefois ajouté 9% de clients en plus à 61,1 millions d’utilisateurs, au cours des trois mois se terminant en décembre 2014, a indiqué la société.

Liquid Telecom a annoncé le mois dernier la construction d’un réseau 5G de gros qui serait disponible à partir du début de 2020, en utilisant sa part du spectre 3,5 GHz requis pour la 5G. Il a déclaré qu’il permettrait à d’autres opérateurs de se déplacer sur son réseau.

Liquid, qui a déclaré que son service de gros serait disponible dans les grandes villes sud-africaines, n’a pas précisé quel fournisseur de technologie serait utilisé pour déployer son réseau 5G. « Nous prévoyons de pouvoir lancer des services 5G en Afrique du Sud cette année », a déclaré Joosub de Vodacom. «Cela est possible grâce à un récent accord d’itinérance avec Liquid Telecom, car le spectre 5G n’est pratiquement pas attribué en Afrique du Sud.»

Vodacom, détenue majoritairement par le britannique Vodafone (VOD.L), a déclaré qu’il gérerait le réseau 5G pour le compte de Liquid Telecom, sans toutefois préciser où ni quand le service 5G serait disponible pour les clients. Les opérateurs mobiles en Afrique du Sud se sont plaints des retards dans l’allocation du spectre nécessaire au déploiement de la 5G, qui fournit des connexions mobiles beaucoup plus rapides que les réseaux 4G.

Vodacom et son rival MTN (MTNJ.J) ont mis en place des pilotes pour la technologie de prochaine génération utilisant le spectre du régulateur, mais ils ne sont pas encore autorisés à le proposer sur le marché. Le régulateur, l’Independent Communications Authority of South Africa (ICASA), a déclaré qu’il exposerait en avril le processus et le calendrier d’octroi de licences et d’attribution du spectre 5G.

Rain, un opérateur mobile qui ne fournit que des services de données, a lancé un réseau 5G sans fil fixe, offrant une connexion haut débit rapide aux foyers et aux entreprises sans avoir besoin de câbles. Le service est disponible à Johannesburg et Tshwane voisin. Vodacom, qui a déjà lancé un service mobile 5G dans la petite nation africaine du Lesotho, serait le premier opérateur en Afrique du Sud à proposer la 5G aux utilisateurs mobiles.

Dans ses résultats trimestriels, Vodacom a annoncé une augmentation de 6,6% des revenus du groupe pour le trimestre à décembre, en partie grâce à la forte croissance des données et des revenus de son service d’argent mobile M-Pesa. Joosub a déclaré que la croissance de l’entreprise en Tanzanie serait entravée après que Vodacom a déclaré en janvier qu’elle devait déconnecter 1,7 million de clients dans la nation d’Afrique de l’Est en raison d’un problème lié aux documents d’identification approuvés par le gouvernement. Mais le PDG a déclaré que Vodacom s’efforçait de reconnecter ces clients une fois qu’ils avaient subi l’enregistrement biométrique.

 

Source : cavie-acci.org

Mots clés : Afrique du Sud, Actualités, Economie, Réseau 5G, Vodacom