Jardin Green Hope ouvre la voie à une toute nouvelle chaîne de valeur des engrais organiques. Cette entreprise située dans la ville de Kaya au Burkina Faso convertit la jacinthe d’eau et les déchets organiques en engrais naturel. La jacinthe d’eau est une plante envahissante dont les tiges forment des tapis flottants denses au-dessus des rivières et des lacs.

La collecte et le traitement des matières premières sont assurés par un groupe de femmes qui se chargent également de la vente des engrais auprès des agriculteurs.

L’objectif de Jardin Green Hope est de restaurer la fertilité des sols par l’utilisation des engrais naturels. A travers cette initiative, Aimé Kaboré souhaite impliquer les femmes des zones rurales dans le développement économique du pays. Par ailleurs, il a voulu offrir une alternative moins chère et moins dangereuse aux engrais chimiques, permettant aux petits exploitants d’augmenter leur production agricole et leurs revenus.

L’engrais est vendu sur le marché à environ 8 euros le sac de 50kg, aux petits exploitants. L’entreprise a déjà livré son produit dans plusieurs communautés au Burkina Faso, dont les départements de Koubri et Kongoussi. Jardin Green Hope prévoit également de diversifier ses sources de revenus par un partenariat public-privé pour le traitement des déchets et la récupération des sols dans les principales villes du Burkina Faso.

Selon la plateforme SEED, Jardin Green Hope envisageait de créer en 2019, près de 40 emplois permanents et 100 emplois temporaires, dont au moins 70% occupés par des femmes.

 

Source : agenceecofin.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Burkina Faso, Jardin Green Hope, Production agricole