Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé un soutien de 140 millions USD aux efforts de Madagascar pour améliorer la connectivité des transports dans certaines zones rurales et améliorer l’accèsaux opportunités sociales et économiques des communautés.

Le projet améliorera la connectivité routière dans les régions prioritaires d’Alaotra Mangoro, Anosy et Atsimo-Atsinanana grâce à des interventions résilientes au climat sur les réseaux routiers secondaires, provinciaux et communaux, tout en promouvant des solutions numériques pour le développement rural et les services de transport. Plus précisément, le projet de connectivité pour l’amélioration des moyens de subsistance en milieu rural réhabilitera 148 km de routes secondaires, dont 113 km de RNS 44, l’unique liaison entre le bassin rizicole d’Ambatondrazaka et le réseau principal du réseau principal dans la région d’Alaotra Mangoro; 35 km de RNS12A, seule voie permettant l’accès aux districts les plus pauvres du pays situés dans les régions d’Anosy et d’Atsimo-Atsinanana.

Le projet consistera également à construire le pont Manambondro sur la RNS12A pour remplacer le traversier existant et à améliorer 500 km de routes provinciales et communales dans les régions d’Anosy, Atsimo Atsinanana et Alaotra Mangoro. La réhabilitation et l’amélioration de ces routes réduiront les frais de déplacement, augmenteront l’accessibilité aux services sociaux de base et créeront des perspectives économiques pour la population des zones rurales.

« Ce projet est enfin en train de voir le jour grâce à la contribution de la Banque mondiale. Il permettra l’interconnexion des zones isolées des régions et des transports ciblés. Ce projet permettra également de réduire le temps de trajet entre ces régions, en particulier pour la RN44; le trajet entre Vodiala et Marovoay sera réduit de 8 à 3 heures », a déclaré Hajo Andrianainarivelo, ministre de la Planification territoriale, du Logement et des Travaux publics.

Une composante de ce projet soutiendra également l’émergence d’un écosystème d’innovation numérique visant à fournir un contenu, des applications et des services locaux pour le développement rural dans les zones ciblées par le projet. Grâce aux téléphones mobiles et au déploiement de kiosques d’information communautaires, les agriculteurs et les entreprises des zones ciblées recevront des données et des prévisions agroclimatiques pertinentes en temps quasi réel, des informations sur les prix et les conditions d’accès au marché, ainsi que des données climatiques et locales et locales. informations sur les marchés régionaux.

” Ce programme est plus qu’une construction et une réhabilitation de route “, a déclaré Marie-Chantal Uwanyiligira, directrice de la Banque mondiale à Madagascar . « L’objectif est également de tirer parti du développement des technologies numériques pour maximiser l’impact de la réhabilitation de ces routes afin d’améliorer la connectivité et les moyens de subsistance en milieu rural . Nous espérons que cette approche innovante sera imitée alors que le pays déploie ses investissements dans le secteur des transports. “

La connectivité de transport est un défi commun à tous les secteurs clés de Madagascar. La faible connectivité rurale a entraîné une baisse des rendements agricoles. De nombreuses industries agroalimentaires ne fonctionnent pas dans les zones rurales en raison de la faiblesse des infrastructures de transport. Les moyens de subsistance en milieu rural sont également gravement limités par le manque de services de transport abordables reliant les populations aux opportunités économiques et aux services de capital humain.

 

Source : Banque mondiale

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Madagascar, Transport, Connectivité, Zones rurales

La Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques : Baobab News