Selon un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie, l’Afrique devrait jouer un rôle de plus en plus déterminant dans l’évolution des tendances énergétiques mondiales au cours des deux prochaines décennies et subir le processus d’urbanisation le plus important que le monde n’ait jamais connu.

Africa Energy Outlook 2019 , une étude approfondie spéciale publiée aujourd’hui, révèle que les plans actuels en matière de politique et d’investissement dans les pays africains ne suffisent pas pour répondre aux besoins en énergie de la population jeune et en croissance rapide du continent. Aujourd’hui, 600 millions de personnes en Afrique n’ont pas accès à l’électricité et 900 millions n’ont pas accès à des installations de cuisson propres.

Le nombre de personnes vivant dans les villes africaines devrait augmenter de 600 millions au cours des deux prochaines décennies, ce qui est bien supérieur à l’augmentation enregistrée par les villes chinoises au cours des vingt années de boom économique et énergétique dans le pays. La population totale de l’Afrique devrait dépasser 2 milliards d’habitants d’ici 2040, soit la moitié de l’augmentation mondiale enregistrée au cours de cette période. Ces profonds changements seront le moteur de la croissance économique du continent, du développement des infrastructures et, par voie de conséquence, de la demande énergétique, qui devrait augmenter de 60% à environ 1 320 millions de tonnes d’équivalent pétrole en 2040, conformément aux politiques et aux plans actuels.

Le nouveau rapport est le travail de l’AIE le plus complet et détaillé sur l’énergie à travers le continent africain, avec un accent particulier sur l’Afrique subsaharienne. Il comprend des profils énergétiques détaillés de 11 pays représentant les trois quarts de la demande en produit intérieur brut et en énergie de la région, notamment le Nigéria, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, le Kenya et le Ghana.

Le rapport indique clairement que l’avenir énergétique de l’Afrique n’est pas prédéterminé. Les plans actuels laisseraient 530 millions de personnes sur le continent toujours sans accès à l’électricité en 2030, ce qui serait bien en deçà de l’accès universel, un objectif de développement majeur. Mais avec les bonnes politiques, il pourrait atteindre cet objectif tout en devenant le premier continent à développer son économie principalement grâce à l’utilisation de sources d’énergie modernes. S’appuyant sur de riches ressources naturelles et sur les avancées technologiques, le continent pourrait, à l’horizon 2040, répondre à la demande énergétique d’une économie quatre fois plus importante que celle d’aujourd’hui, avec seulement 50% d’énergie en plus.

“L’Afrique a une opportunité unique de suivre un développement beaucoup moins intensif en carbone que de nombreuses autres parties du monde”, a déclaré le Dr Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. «Pour y parvenir, elle doit exploiter le potentiel énorme que représentent l’énergie solaire, éolienne, hydraulique, du gaz naturel et de l’efficacité énergétique. Par exemple, l’Afrique possède les ressources solaires les plus riches de la planète mais n’a jusqu’à présent installé que 5 gigawatts d’énergie solaire photovoltaïque (PV), ce qui représente moins de 1% de la capacité mondiale. “

Si les décideurs mettent fortement l’accent sur les technologies d’énergie propre, le solaire photovoltaïque pourrait devenir la plus grande source d’électricité du continent en termes de capacité installée d’ici 2040.

Le gaz naturel, quant à lui, devrait bien correspondre à la croissance industrielle de l’Afrique et à la nécessité d’un approvisionnement en électricité flexible. Aujourd’hui, la part du gaz dans le bouquet énergétique de l’Afrique subsaharienne est la plus basse de toutes les régions du monde. Mais cela pourrait être sur le point de changer, compte tenu en particulier des approvisionnements dont dispose l’Afrique: plus de 40% des découvertes mondiales de gaz effectuées à ce jour au cours de cette décennie, notamment en Égypte, au Mozambique et en Tanzanie.

Les ressources naturelles de l’Afrique ne se limitent pas au soleil et à d’autres sources d’énergie. Il possède également d’importantes réserves de minéraux, tels que le cobalt et le platine, nécessaires aux industries à forte croissance d’énergie propre.

“L’Afrique est la clé des transitions énergétiques mondiales, car c’est le continent qui contient les ingrédients les plus importants pour la production de technologies critiques”, a déclaré le Dr Birol. «Par exemple, la République démocratique du Congo représente les deux tiers de la production mondiale de cobalt, élément essentiel des batteries, et l’Afrique du Sud produit 70% du platine mondial, utilisé dans les piles à hydrogène. À mesure que les transitions énergétiques s’accélèrent, la demande de ces minéraux augmentera également. »

Les pays africains sont en première ligne en matière de changement climatique, ce qui signifie que la planification des infrastructures énergétiques du continent doit être résiliente au changement climatique.

«Même si l’Afrique n’a produit jusqu’à présent que 2% environ des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie, ses écosystèmes souffrent déjà de manière disproportionnée des effets du changement climatique», a déclaré le Dr Birol. «Ils sont exposés à des risques accrus pour la sécurité alimentaire, la santé et économique.”

D’ici 2040, un demi-milliard de personnes supplémentaires en Afrique vivront dans des zones nécessitant une forme de refroidissement, du fait de la croissance démographique et de la hausse des températures moyennes. Bien que l’Afrique connaisse une croissance économique rapide au cours des deux prochaines décennies, sa contribution aux émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie ne représentera plus que 3% d’ici 2040, d’après les politiques et les plans en vigueur.

Pour ce rapport, l’AIE a développé un nouveau scénario qui analyse la manière dont le secteur de l’énergie peut stimuler les ambitions de croissance de l’Afrique tout en respectant les objectifs clés du développement durable à l’horizon 2030, notamment un accès complet à l’électricité et à des installations de cuisson propres. Le cas de l’Afrique est basé sur l’Agenda 2063, le cadre stratégique des dirigeants africains pour le développement économique et industriel du continent. La croissance économique dans le cas de l’Afrique est nettement plus forte au cours des deux prochaines décennies que dans le scénario basé sur les politiques énoncées aujourd’hui, mais la demande en énergie est plus faible. Cela est lié à un abandon accéléré de l’utilisation de la biomasse solide (telle que le bois) comme combustible et à l’application généralisée de politiques d’efficacité énergétique.

L’AIE surveille de près le secteur de l’énergie en Afrique: l’analyse de l’AIE sur les problèmes d’accès à l’énergie sur le continent a débuté en 2002 et devrait se développer considérablement. Ce nouveau rapport intervient à un moment important dans le renforcement de l’engagement de l’AIE avec l’Afrique. En mai, l’AIE et la Commission de l’Union africaine ont co-organisé leur premier sommet ministériel conjoint au cours duquel les deux organisations ont signé un mémorandum d’accord pour orienter leur future collaboration. Un deuxième forum ministériel aura lieu en 2020.

 

Source : iea.org

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Energie, AIE

La Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques : Baobab News