Depuis plusieurs décennies, le continent africain se lance vers la conquête d’une économie unifiée et prospère. Pour y parvenir, de grandes initiatives et de grandes décisions ont dû être mises en œuvre par les États de ce continent. Considérant l’impact des initiatives en cours, on peut déduire que cette année, l’Afrique a franchi trois étapes importantes dans la voie d’un avenir économique plus fort. Un développement économique qui, bien entendu, vise de préférence l’innovation en lieu et place du modèle industriel.

1. En mars dernier, l’Union africaine a lancé la Zone de libre-échange continentale africaine (African Continental Free Trade Area/AfCFTA). Cet accord historique vise à créer un marché unique qui devrait générer un PIB combiné de plus de 3 400 milliards de dollars et profiter à plus d’un milliard de personnes.

2. Ensuite, en avril, le Gouvernement sud-africain a annoncé le lancement d’un nouveau centre des affiliés, le Centre pour la quatrième révolution industrielle du Forum économique mondial (Centre for the Fourth Industrial Revolution/C4IR).

Le Centre servira de centre de dialogue et de coopération sur les défis et les opportunités présentés par les technologies de pointe, qui fusionnent nos mondes physique, numérique et biologique. Celles-ci incluent un certain nombre d’outils qui, combinés, vont perturber les industries agricoles, extractives et manufacturières dominantes de l’Afrique, offrant ainsi au continent une occasion sans précédent de transformation et de prospérité.

3. Et finalement, le troisième grand pas est le lancement de la Plateforme pour la croissance en Afrique Africa Growth Platform par le Forum économique mondial.

Soulignons que cette initiative vise à aider les entreprises en démarrage à se développer et à soutenir la concurrence internationale. Avec une activité entrepreneuriale en phase de démarrage supérieure de 13% à la moyenne mondiale, l’Afrique est bien placée pour lancer les nouvelles entreprises.

Toutefois, son taux d’échec est supérieur à la moyenne en raison d’un soutien et d’une infrastructure insuffisants. La plate-forme pour la croissance en Afrique réunira des gouvernements, des investisseurs et des entreprises pour aider les jeunes entreprises à prospérer et à devenir durables.

Ainsi, ces trois alternatives constituent un pivot de développement durable pour l’Afrique.

 

Source : lemediateurhaiti.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, AfCFTA, 4IR, AGP