Loin d’être abattu par le crash en début d’année de l’un de ses 737Max, Ethiopian Airlines poursuit son plan d’expansion qui a déjà fait d’elle la première compagnie aérienne africaine. Pour Tewolde GebreMariam, son PDG, l’avenir est radieux.

Tewolde GebreMariam était présent, samedi 1er novembre à Monaco, pour le World Connect 2019 © APG

 

Malgré le crash retentissant de l’un de ses Boeing 737Max en mars 2019, la croissance d’Ethiopian Airlines semble imperturbable.

« Nous sommes toujours en avance par rapport à notre programme Vision 2025 », s’est réjoui Tewolde GebreMariam, son PDG, lors de l’annuel congrès World Connect organisé du 1er au 3 novembre 2019 par APG.

D’après les derniers chiffres communiqués en octobre par la compagnie éthiopienne, ses recettes d’exploitation ont augmenté de près de 30% au 31 juillet 2019.

Le transporteur a pour la première fois franchi la barre des 12 millions de passagers transportés annuellement (+14%).

A titre de comparaison, en 2017, la compagnie membre de Star Alliance transportait 7 millions de personnes par an…

Les revenus dégagés ont ainsi, sur l’année fiscale 2018/2019, gagné 28,6%, et le bénéfice net a bondi de 18%, s’établissant à 210 millions d’euros.

Partenariats et hubs multiples

Record après record, le discret PDG d’Ethiopian reste serein.

Les objectifs du plan Vision 2025, qui devaient, en l’espace d’une décennie doubler la flotte et permettre à Ethiopian d’atteindre les 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires, seront atteints en avance, assure-t-il.

Pour y parvenir, sa stratégie de partenariats avec d’autres compagnies africaines et la mise en place de hubs multiples sur le continent se poursuit.

Asky, Air Malawi, Ethiopian Mozambique Airlines, Tchadia, Ceiba Intercontinental… les prises de participation et les investissements d’Ethiopian dans de nouveaux pavillons nationaux continuent de s’accumuler.

Dans le viseur maintenant : Zambia Airlines et Ghana Airlines.

« Le challenge est de créer puis de faire grandir des hubs aériens partout sur le continent. Nous voulons faire en sorte que les compagnies aériennes africaines travaillent ensemble », a résumé M GebreMariam à Monaco. « Le ciel est notre seule limite ! », a-t-il lancé.


« Le futur est en Afrique »

Plus globalement, c’est à une vraie opération de séduction que s’est prêté le patron d’Ethiopian devant ses confrères internationaux réunis lors du World Connect.

« L’Afrique est le futur de l’aviation. Quand le secteur mondial va doubler son trafic dans les années à venir, l’Afrique va le quadrupler », a-t-il lancé, revenant sur la réussite de sa compagnie cette dernière décennie, ayant fait de l’Ethiopie la porte d’entrée en Afrique pour la Chine et l’Inde.

Pour le PDG, « peu de gens sont encore prêts à faire du business sérieux avec l’Afrique, et, c’est une réalité : l’Europe laisse trop la place à la Chine qui est stratégiquement partout sur le continent. Il n’y a qu’à se balader dans les rues d’Addis-Abeba ou de Nairobi pour s’en convaincre… ».

« Le potentiel du marché aérien est énorme. En superficie, l’Afrique peut contenir la Chine, les USA, l’Europe et l’Inde. Cela résume tout », a-t-il conclu.

Source : tourmag.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Aviation, Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam