L’explosion du trafic aérien oblige les compagnies aériennes et les aéroports africains à se mobiliser pour recruter, former et fidéliser leur personnel.

Alors que le trafic sur le continent devrait doubler dans vingt ans, Boeing a présenté des projections: il faudra former 86 000 techniciens et pilotes pour l’Afrique d’ici 2038. “Cela représente 1 500 pilotes par an. Personne ne pourra former autant de personnes avec les structures actuelles “, a alarmé un bon connaisseur du secteur.

200 PERSONNES SONT NÉCESSAIRES POUR UN SEUL AVION

Selon les estimations des constructeurs aéronautiques Airbus et Boeing, pour les 1 400 appareils qui rejoindront les flottes africaines au cours des vingt prochaines années, le continent devra recruter entre 21 000 et 29 000 pilotes, entre 25 400 et 27 000 techniciens et plus de 30 000 membres d’équipage de cabine, ce qui représente un total de 4% des besoins mondiaux. “Il faut 200 personnes pour s’occuper d’un avion. Les commandes seront de plus en plus nombreuses, et cela se reflétera dans tous les secteurs de l’industrie, de la restauration à la manutention, en passant par le ravitaillement et le personnel des aéroports”, explique un skieur africain.

Le mouvement “flygskam” – la “honte” de voler pour des raisons environnementales, qui affecte principalement actuellement les pays scandinaves – ne semble pas en mesure de freiner cette croissance du trafic et les besoins substantiels du continent en main-d’œuvre qualifiée. D’autant plus qu’il sera difficile d’aller à l’étranger, notamment à cause de l’explosion du transport aérien en Asie. Au niveau mondial, le secteur devra donc recruter, toujours dans les vingt prochaines années, entre 550 000 et 804 000 pilotes, entre 640 000 et 769 000 techniciens et plus de 914 000 membres d’équipage de cabine.

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Boeing, Transport Aérien, Pilotes

La Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques : Baobab News