Vue de Maputo où l’accord doit être signé le 8 octobre entre Exxon Mobil et le ministre des ressources minérales et de l’énergie. (Photo d’illustration) © CC/Wikimedia Commons

 

Le groupe américain ExxonMobil doit signer ce mardi 8 octobre à Maputo un accord initial d’investissement pour la création du plus important projet de gaz naturel liquéfié d’Afrique.

Le gouvernement mozambicain est sur le point de signer avec le géant américain des hydrocarbures ExxonMobil, un accord initial d’investissement pour le lancement d’un mégaprojet de gaz naturel liquéfié (GNL). Les chiffres évoqués sont hors normes dans ce pays miné par la dette, où le PIB atteignait 14,4 milliards de dollars en 2018 (12,6 milliards d’euros) selon le FMI.

En effet, les estimations évoquent le montant de 33 milliards de dollars pour la construction de cette usine, qui serait la plus importante du continent.

Pour lancer ce projet baptisé Rovuma LNG, une cérémonie doit avoir lieu ce mardi 8 octobre à Maputo, en présence du ministre mozambicain des Ressources minérales et de l’Énergie, Ernesto Max Tonela.

SEULEMENT 20 % DE LA POPULATION DU MOZAMBIQUE A ACCÈS À L’ÉLECTRICITÉ

Ce projet d’ExxonMobil, situé dans le nord du pays, dans la province de Cabo Delgado, devrait coûter entre 27 et 33 milliards de dollars selon les estimations publiées par la banque sud-africaine Standard Bank en mars 2019. Avec une production de 15,2 millions de tonnes de gaz liquéfié par an, le projet américain sera encore plus important que celui du groupe français Total, en cours de construction à proximité.

Élections législatives le 15 octobre

Cette décision d’investissement pourrait renforcer le soutien au président Filipe Nyusi, lors des élections législatives prévues le 15 octobre prochain, car ce dernier a basé une grande partie de sa campagne sur la promesse de développer l’industrie gazière.

En revanche, il mobilise une certaine opposition à la fois politique et environnementale exprimée notamment Ilhan Rawoot, coordinatrice de l’ONG des Amis de la Terre Mozambique, qui s’indigne dans les colonnes du site sud-africain Business Day de ce que « le Mozambique est l’un des principaux producteurs de charbon et de rubis en Afrique depuis de nombreuses années, mais il reste le sixième pays le plus pauvre du monde [7e pays au PIB par habitant le plus faible selon le FMI, ndlr] avec seulement 20 % de la population ayant accès à l’électricité ».

 

Source : jeuneafrique.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Mozambique, ExxonMobil, GNL