La Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) a conseillé à   la sous-région de saisir l’occasion de fabriquer les batteries des voitures électriques à partir du cobalt, un minerai abondant dans son sous-sol, question de ne pas rater la quatrième révolution industrielle.

La fabrication des voitures électriques connaît une émergence à travers le monde. « La sous-région étant riche en cobalt, matériau nécessaire pour la production des batteries des voitures électriques, cette industrie pourrait bénéficier à toute la sous-région si la chaîne de valeur des  voitures électriques pouvait être développée », a déclaré Antonio Pedro, directeur du bureau sous-régional pour l’Afrique centrale de la CEA.

La CEA poursuivait jeudi à Malabo, en Guinée équatoriale,  les travaux de la trente-cinquième session du Comité intergouvernemental d’experts  axée sur les transformations numériques.

Selon les prévisions de l’Oeko-Institut, le nombre de véhicules électriques alimentés par batteries connaîtra une augmentation exponentielle, passant de trois millions en 2015 à vingt millions en 2020 et à cent soixante millions en 2050.

De l’avis des chercheurs, plus de 70% de la production mondiale de cobalt est concentrée en République démocratique du Congo qui l’exporte essentiellement à l’état brut.

Mais, ce pays producteur ne représentera que 3% des revenus totaux estimés à trois cents milliards de dollars américains qui seront générés en 2030, très en deçà des 25% et 46% des revenus qui seront générés par les pays qui raffinent le cobalt et fabriquent des cellules, respectivement.

« Compte tenu de la forte demande attendue dans ce secteur, il serait donc judicieux pour la sous-région de lancer une réflexion sur la possibilité de se spécialiser dans la production de batteries et de véhicules électriques plutôt que d’exporter le cobalt sans valeur ajoutée », a suggéré Antonio Pedro.

«Pour concrétiser cette idée et renforcer notre participation aux chaînes de valeur mondiales, nous devrons peut-être créer des laboratoires d’innovation technologique axés sur nos avantages comparatifs », a-t-il conseillé encore.

 

Source : adiac-congo.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, CEA, Voitures électriques, Production, Industrie