L’Afrique du Sud a réalisé, cette semaine, sa plus importante émission d’eurobonds. Cinq milliards de dollars ont été levés sur le marché international de la dette par Pretoria, lundi dernier, ont annoncé les autorités sud-africaines.

Il s’agit de deux tranches assorties de différents taux d’intérêts et périodes de maturité. Une première tranche concerne un montant de 2 milliards $ assorti d’un taux d’intérêt de 4,85% tandis que la deuxième tranche concerne un montant de 3 milliards $ sur 30 ans, assorti d’un taux d’intérêt de 5,75%.

Cette nouvelle levée de fonds est supérieure de 25% aux 4 milliards $  que les autorités sud-africaines espéraient initialement mobiliser. Une situation due à la forte demande des investisseurs qui ont sur-souscrit plus de deux fois aux obligations émises.

« Le gouvernement sud-africain interprète le succès de la transaction, considérée comme la plus importante jamais réalisée hors d’Afrique subsaharienne, comme l’expression de la confiance des investisseurs dans le cadre macroéconomique solide du pays et sa gestion budgétaire prudente », indique le Trésor national dans un communiqué relayé par Reuters. Ce, alors que les agences de notation Fitch et S&P Global Ratings classent la dette souveraine du pays dans la catégorie « junk » (à haut risque) contrairement à Moody’s qui la maintient dans la catégorie investment grade (faible risque de défaut).

La dernière euro-obligation émise par le pays remonte à mai 2018. La semaine dernière, le ministre des Finances Tito Mboweni annonçait que le pays manquerait probablement son objectif de 1,5% de croissance en 2019 en raison d’un « changement de conditions et de nombreux vents contraires qui soufflent sur l’économie nationale ».

 

Source : agenceecofin.com

Mots clés : Afrique du Sud, Actualités, Economie, Dette