Pensé il y a 30 ans, le projet du Metro Express de l’île Maurice va enfin voir le jour. Le « soft launch » des opérations est prévu pour le 30 septembre 2019, a garanti Nando Bodha, le ministre des Infrastructures publiques et du Transport, ce mardi 17 septembre, à l’Assemblée nationale.

Ce moyen de transport ultra moderne reliera, dans sa phase de lancement, la capitale Port-Louis à Rose Hill, sur un tracé de 13 km. La seconde étape du projet, qui sera opérationnel d’ici 2021, connectera les cinq principales villes de l’île Maurice (Curepipe, Vacoas, Quatre-Bornes, Rose Hill, et Port-Louis), complétant le tracé à 26 km.

Débuté en septembre 2017, le projet du Metro Express, exécuté par le conglomérat indien Larson & Toubro, aura coûté près de 18,8 milliards de roupies mauriciennes (468 millions d’euros) dont un don de 10 milliards de roupies (252 millions d’euros) de l’Inde. Sa construction a généré environ 5 000 emplois.

Une fois totalement opérationnel, le tracé du Metro Express comprendra 19 stations pour 18 trains Urbos 100 de 3e génération fabriqués par l’espagnol Construcciones y Auxiliar de Ferrocariles (CAF). Quatre exemplaires, constitués de sept wagons pouvant accueillir 307 passagers, ont déjà été réceptionnés pour le lancement des opérations.

Selon les prévisions du gouvernement, le Metro Express va accueillir 53 800 passagers par jour pour la première année, avec une croissance de 4 % par an. Il va générer un cash-flow de 220 millions de roupies la 1re année et 12 milliards la 15e année. Sa mise en service permettra de diminuer de 15 % le nombre d’accidents de la route graves.

 

Source : agenceecofin.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, île Maurice, Transport