L’Association du transport aérien international (IATA) prévoit que le continent africain deviendra l’une des régions aéronautiques à la croissance la plus rapide au cours des 20 prochaines années, avec un taux de croissance annuel moyen de près de 5%.

Il existe actuellement 731 aéroports et 419 compagnies aériennes sur le continent africain, le secteur de l’aviation représentant environ sept millions d’emplois et générant une activité économique de 80 milliards de dollars US. En termes de nombre de passagers, 47 millions de passagers ont quitté les cinq principaux aéroports d’Afrique, notamment le Caire, Addis-Abeba et Marrakech, en 2018, selon le dernier rapport de Airline Network Knowledge Expertise & Research , produit par Ralph Anker.

Le potentiel de l’aviation africaine est exploré lors du premier événement CONNECT Middle East, India & Africa, qui se tiendra à Dubai World Trade Center les 30 avril et 1er mai 2019.

Nick Pilbeam, directeur de la division de Reed Travel Exhibitions, et organisateur de l’événement, a déclaré: «Emirates et Saudia ne sont responsables que de 8 millions de passagers sur ces 47 millions de passagers, soulignant le potentiel de nouvelles routes à travers le continent et entre le Moyen-Orient et l’Afrique. En outre, l’IATA estime que si seulement 12 pays africains clés ouvraient leurs marchés et accroissaient leur connectivité, 155 000 emplois supplémentaires et un PIB annuel de 1,3 milliard de dollars seraient créés dans ces pays. »

L’industrie aéronautique internationale suit de près l’évolution de la situation en Afrique, en particulier depuis l’élaboration de l’accord sur le marché unique du transport aérien africain (SAATM) en janvier 2018. L’objectif de la SAATM est d’ouvrir le ciel de l’Afrique en permettant aux compagnies aériennes de voler entre deux aéroports africains. villes sans avoir à le faire via leur aéroport central, ce qui stimule le commerce et le tourisme intra-africains. À ce jour, 28 pays sur 55 États membres ont adhéré à la SAATM, ce qui représente plus de 80% du marché de l’aviation existant en Afrique.

Cependant, le secteur fait toujours face à des défis importants car les tendances protectionnistes ont entraîné une réponse plutôt terne de nombreux membres, avec des préoccupations concernant les règles de concurrence, la propriété et le contrôle, les droits des consommateurs, les taxes et la viabilité commerciale.

“Ces mécanismes font partie intégrante d’un traité à ciel ouvert et sont nécessaires pour résoudre les différends existants entre les compagnies aériennes et constituent un moyen équitable de progresser”, a déclaré Karin Butot, PDG de Airport Agency, spécialiste du marketing, de la stratégie de marque et du développement commercial des aéroports. «Seize pays d’Afrique étant enclavés, la demande accumulée de transports aériens abordables doit être considérable. Ces questions, ainsi que d’autres points saillants, feront sans aucun doute l’objet de discussions approfondies entre les équipes de planification de réseau de haut niveau et les hauts responsables représentant les secteurs de l’aviation et du tourisme. ”

 

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Aviation africaine , Airport News, IATA , Association du transport aérien international

La Rédaction

Baobab News

© Crédits Graphiques : Baobab News