Air Mauritius veut résorber le déficit en pilotes sur le continent. Le transporteur national de l’Île Maurice a lancé, le 16 août 2019, les activités de son école de pilotage, la  Flying Academy, une composante d’Air Mauritius Institute (AMI).

Agréée par la Mauritius Qualifications Authority (MQA) et l’aviation civile sud-africaine, l’académie fonctionne en partenariat avec la Progress flight Academy de Port Elizabeth en Afrique du Sud.

A cet effet, la formation se déroulera de manière complémentaire à Maurice et en Afrique du Sud, avec à la fin la délivrance d’une licence de pilote de ligne (ATPL) conforme aux standards internationaux.

La formation qui durera près de deux ans comprend deux phases : une étape théorique d’une durée de 24 semaines, dispensée au siège de l’académie à Maurice. La phase pratique, fixée entre 44 et 54 semaines, se fera à la Progress flight Academy en Afrique du Sud.

« Selon les prévisions de l’industrie du transport aérien, le trafic passager devrait doubler au cours des 15 prochaines années. Environ 38 400 nouveaux avions seront nécessaires et plus de 500 000 pilotes devront être formés d’ici 2037. L’avenir de notre industrie repose donc sur notre capacité à nous préparer à ce potentiel de croissance extraordinaire, tout en nous dotant d’infrastructures appropriées et de main-d’œuvre qualifiée », a déclaré Somas Appavou, président directeur général d’Air Mauritius.

La Flying Academy est une branche à part entière d’AMI, créée  en 2018. Pour sa première promotion, l’académie lance un appel à candidatures pour douze pilotes cadets.

 

Source : agenceecofin.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Air Mauritius, Pilotage