L’Autorité Intergouvernementale pour le Développement (IGAD) a réuni du 14 au 16 Mai le Comité directeur sur la facilitation des transports et la modernisation des routes du corridor Djibouti-Addis Ababa-Juba-Kampala. A l’issue des travaux, les 4 pays concernés Djibouti, Ethiopie, Soudan du Sud et Ouganda ont signé un mémorandum pour accélérer la mise en place du projet.

En effet, la réunion au cours de laquelle cet accord a été paraphé, vise à conclure les études de développement du corridor. L’occasion étant pour les Etats membres concernés, d’élaborer la procédure à suivre pour la mise en œuvre des recommandations des études sur la faisabilité du corridor, réalisées par la société Africon Consulting basée dans la capitale kényane, Nairobi. C’est alors que les États membres se sont engagés à finaliser les documents associés dans les prochains mois et à intensifier les efforts pour assurer le succès du projet.

Ce corridor relie les trois pays enclavés de l’IGAD aux ports de Djibouti. Le projet vise plus précisément leur désenclavement du Soudan du Sud et à l’Ouganda en leur offrant un nouvel accès au port maritime de Djibouti, à améliorer l’état de la route principale d’accès au port de Djibouti pour l’Ethiopie, à développer les infrastructures de transport routier reliant l’Ouganda, le Soudan du Sud, l’Ethiopie et Djibouti.

Financé par la Banque Africaine de Développement (BAD), le corridor Kampala-Djibouti est l’un des grands corridors prévus pour accroître la connectivité régionale et l’intégration avec les mesures de facilitation du commerce et des transports. Cette intégration permettra d’assurer la compétitivité sur le marché régional et international et de stimuler le développement pour une croissance durable.

 

Source : fluxafrica.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, IGAD, corridor Djibouti-Kampala, mémorandum, Soudan du Sud, Djibouti, Ouganda, Ethiopie