Voici une nouvelle qui devrait redonner des couleurs à l‘économie angolaise. ENI, le géant pétrolier italien a annoncé avoir découvert un important puits pétrolier dont les réserves s‘étendent jusqu‘à 250 millions de barils de pétrole léger.

Le pétrole a été découvert au large des côtes angolaises, « à quelques kilomètres des installations du pôle ouest d’ENI », précise un communiqué de la compagnie qui estime la production journalière de ce puits à 10 000 barils le jour.

Dans le détail, que représente cette découverte – la quatrième plus grande de nature commerciale depuis qu’ENI a relancé sa campagne d’exploration mi-2018 – pour l’Angola ? Indubitablement, c’est un coup de pouce pour les finances de Luanda, prise dans les convulsions économiques liées à la chute des cours du pétrole depuis 2014.

À défaut de complètement restaurer l‘économie angolaise, l’exploitation de ce puits permettra néanmoins de booster les recettes d’exportations de l’Angola, en permettant notamment de dynamiser les emplois dans le secteur.

À son arrivée au pouvoir en septembre 2017, le chef de l’Etat Joao Lourenço avait promis la relance de l‘économie. Mais entre la morosité de l‘économie mondiale et la déprime des cours du pétrole, la tâche s’avérait ardue. Luanda a dès lors pris une batterie de mesures afin de stimuler les investisseurs et faciliter la prise de risque. Parmi elles, une loi qui autorise les activités d’exploration supplémentaires dans les zones de développement existantes ou encore une autre qui libéralise les investissements étrangers.

 

Source : africanews.com

Mots clés : Afrique, Actualités, Economie, Angola, Pétrole, ENI