Les volumes de produits importés sur le territoire camerounais ont coûté la coquette somme de 9 634 milliards de francs Cfa, sur la période de 3 ans allant de 2015 à 2017, selon les révélations faites par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (photo), au cours du Conseil de cabinet du 31 janvier 2019 à Yaoundé, la capitale du pays.

Cette enveloppe astronomique, a souligné la même source, a surtout été dépensée pour l’achat des hydrocarbures (1 652,1 milliards FCFA sur la période sous revue), des véhicules automobiles et des tracteurs (653,6 milliards FCFA), des produits de grande consommation tels que le riz (508,5 milliards FCFA), ou encore le poisson et les crustacés (448 milliards FCFA), puis des produits pharmaceutiques (372 milliards FCFA).

Calculette en main, l’importation de ces cinq produits, sur la période de 3 ans susmentionnée, a englouti près de 35% de l’enveloppe globale des importations camerounaises (9 634 milliards FCFA) ; laquelle enveloppe représente elle-même, le double du budget de l’Etat du Cameroun pour l’année 2019, équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 4 850 milliards de francs Cfa.

«Notre pays importe des produits alimentaires ainsi que des produits manufacturés pouvant pourtant être fabriqués localement pour la satisfaction, non seulement du marché intérieur, mais également du marché régional. Ces importations, on s’en doute bien, ont un coût élevé pour notre économie.», a déploré le ministre Mbarga Atangana, au cours d’un exposé sur «la stratégie de promotion des produits camerounais dans l’optique de la réduction des importations».

Et ce dernier d’ajouter : «sans prétendre à l’autarcie, notre pays doit pouvoir contenir le volume de ses importations en les circonscrivant à l’essentiel, c’est-à-dire aux produits nécessaires à la croissance de son économie et indispensables à sa compétitivité».

Brice R. Mbodiam

 

Source : agenceecofin.com