La Banque cible le secteur agricole, le tourisme, l’industrie, la santé, la formation et les infrastructures. Ses émissaires ont présenté un premier rapport d’évaluation, le 31 janvier à Brazzaville, à la ministre du Plan, Ingrid Olga  Ghislaine Ebouka-Babackas.    

L’année 2019 est consacrée à l’étude d’impact du projet de financement de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) qui entrera dans sa phase d’exécution à partir de 2020. C’est pour la première fois que l’institution financière mène une mission de collecte d’informations en vue de financer les projets au Congo, comme le Plan national de développement (PND) 2018-2022.

Après cette première séance de travail, les deux parties devront s’atteler à l’élaboration du document stratégique d’intervention pays de l’institution financière. D’après son représentant résident, Jean Rémy Mavioga Babicka, le document va canaliser, au cours des années à venir, les différentes interventions de la banque au Congo.

Mieux, les experts de la BDEAC ont dû constituer une base importante de projets de développement. « Nous avons échangé avec l’ensemble des ministères sectoriels qui ont participé à l’élaboration du PND, afin d’identifier leurs divers besoins et projets. Nous allons continuer à travailler avec le ministère du Plan, pour récolter la documentation nécessaire et commencer la mise en œuvre des projets éligibles au financement de la BDEAC », a assuré Jean Rémy Mavioga Babicka.

Son institution vient d’ouvrir une représentation nationale à Pointe-Noire, afin de faciliter le contact avec les acteurs socio-économiques de cette partie du pays. Car, parmi les projets prioritaires figurent la construction du port minéralier, la réhabilitation du Chemin de fer Congo Océan et le barrage de Sounda, dans le Kouilou.

Du côté du gouvernement congolais, on espère que la coopération avec la BDEAC permettra de combler le gap du PND. « La délégation s’est appuyée sur les axes prioritaires du PND, à savoir l’amélioration de la gouvernance, la valorisation du capital humain et la diversification de l’économie. Le Congo va bénéficier des financements dans divers domaines, dont le tourisme, l’industrie », a déclaré la ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas.

Notons que le PND a été adopté par le parlement en août 2018. Le document englobe les cibles prioritaires du pays en matière des Objectifs de développement durable, notamment l’éradication de la pauvreté, la réduction des inégalités, la diversification économique ainsi que l’engagement de l’Etat à produire les données et informations statistiques fiables, nécessaires pour l’atteinte des résultats des politiques mises en œuvre.

Fiacre Kombo
Source : adiac-congo.com