Production de publications

Tijssen (2007) a montré à quel point la production de recherche annuelle de l’Afrique – telle que mesurée par des articles du Web of Science – stagnait à cette époque. Des études plus récentes ont montré que le vent s’était inversé depuis et que le nombre d’articles rédigés par des auteurs africains avait commencé à augmenter (AOSTI 2010; Mouton & Boshoff 2010). La mise à jour de ces rapports avec notre analyse des articles d’auteurs africains dans le Web of Science montre que la production annuelle a augmenté régulièrement au cours de la dernière décennie: de 15 285 en 2005 à 54 069 en 2016 (voir Figure ci-dessous). Ce qui est peut-être le plus frappant, c’est que ce taux de croissance a dépassé le taux de croissance mondial au cours de la même période, de sorte que la part de l’Afrique dans la production mondiale de publications a plus que doublé, passant de 1,5% en 2005 à 3,2% en 2016.

 

Part du monde Afrique et nombre de publications scientifiques (articles et revues uniquement): 2005-2016

 

Production de publications par pays

La production annuelle d’articles par pays montre la domination persistante de l’Afrique du Sud, suivie de fortes contributions de l’Égypte et d’autres pays du Maghreb (Tunisie, Algérie et Maroc), ainsi que de contributions réduites mais significatives du Nigéria et des trois pays d’Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie). Les données montrent également à quel point la distribution de la production de publications sur le continent africain est biaisée. Treize pays qui ont chacun contribué pour 1% ou plus de la production totale au cours des cinq dernières années représentent 89% de la production totale. Le tableau ci-dessous présente le nombre de publications par pays pour deux périodes (2005-2010 et 2011-2015). Nous présentons également des informations sur la part de chaque pays dans le total des publications de l’Afrique pour chaque période. La dernière colonne indique par couleur si la part du pays s’est améliorée (en vert) du début à la fin de la période; si elle a décliné (rouge); ou si c’est resté le même (jaune).

 

Parts de pays dans la production de publications en Afrique

 

Afin de corriger la taille des pays, nous avons divisé le nombre de publications par la taille de la population pour chaque année pertinente. Nous comparons à nouveau les pays sur cet indicateur normalisé, pour les deux mêmes périodes. La comparaison entre les deux périodes révèle quelques modifications dans le classement des pays en fonction du nombre de publications par habitant (voir figure ci-dessous).

Production de publications par habitant (2005-2010 et 2010-2015)

 

Source : AFRICAN MINDS

Baobab News

La Rédaction

S.MARAI

© Crédit Graphiques : Baobab News